Showing 4163 results

Authority record

Comeau, François G.J. b.1859

  • Person

Francois G. J. Comeau est ne le 12 mars 1859 a La Butte (Meteghan River). Il est le fils de Justinien et Rosalie Comeau. Apres sa graduation de l' ecole publique, il passa deux ans a enseigner dans le cadre du systeme scolaire de la province. A l' age de 22 ans (en 1881) il entra au service du Western Counties Railway - plus tard devenu le Dominion Atlantic Railway. Son premier poste le trouva a Horton's Landing s'occupant du Windsor and Annapolis Railway. Il avanca rapidement dans les rangs pendant les neuf annees suivantes : maitre de gare a Meteghan, maitre de gare adjoint et par la suite maitre de gare a Yarmouth, agent de gare et enfin General Agent of Western Division Yarmouth. Ce dernier poste lui donna juridiction sur les bateaux vapeur qui voyageaient entre Yarmouth et Boston. En ces premiers temps, en plus de son travail quotidien, M. Comeau s'occupait de la vente de livres religieux a travers les provinces Maritimes.En 1900 Francois G. J. Comeau demenagea a Halifax pour y occuper a tour de role les postes de General Freight Agent et de General Freight and Passenger Agent. Ce n'est qu'en 1927, apres 48 ans de service, qu'il prit sa retraite a l' age de 70 ans. Il montra un vif interet envers la politique. En 1888 il fut elu membre de l'Association liberale de Yarmouth et il fut designe candidat du parti par deux fois, en 1890 et en 1897. Pendant plusieurs annees (de 1891 jusqu'a son depart pour Halifax) Francois G. J. Comeau oeuvra pour promouvoir la Catholic Mutual Benefit Association. Des les premieres tentatives d'etablissement de cette association en 1891 et jusqu'a son depart pour Halifax en 1900, il entretint une correspondance volumineuse. Des son arrivee a Halifax, il devint membre de l'Alliance Francaise. Il fut directeur jusqu'en 1917 et en 1934 il en devint president d'honneur. Il fit partie de la Societe Mutuelle L'Assomption et du Comit France-Acadie. En 1934 il fonda le Cercle d'etudes acadiennes francaises qui se pencha surtout sur la jeunesse acadienne. En 1884 il lanca un petit journal qu'il appela L'echo, et qui, malheureusement n'eu que deux numeros. Malgre cet echec, il n'abandonna pas sa plume: plusieurs de ses textes furent publies dans d'autres journaux francophones et anglophones. Francois G. J. Comeau fut, durant sa longue vie, recipiendaire de plusieures medailles pour son service rendu a la cause francaise en Acadie.

d'Entremont, Gérard, 1929-

  • Person
  • 1929-

Gerard d'Entremont naquit le 13 octobre 1929, le troisieme de quatre enfants nes d' Edmond d'Entremont et Zita Comeau. La famille residait a Meteghan Station, Nouvelle-ecosse. Apres un sejour a l'ecole du village, Gerard d'Entremont frequenta l'ecole de Saulnierville pour ensuite entrer a l'Universite Sainte-Anne en 1945. Apres trois ans d'etudes a cette institution il recu un diplome commercial pour ensuite suivre des cours d'ete en pedagogie offerts par le ministere de l'education de la Nouvelle-ecosse. Il completera egalement une annee de baccalaureat es arts l'Universite Saint Mary's. Gerard d'Entremont va consacrer sa vie entiere a deux institutions de la Baie Sainte-Marie, soit l'Universite Sainte-Anne et la Municipalite de Clare. A la premiere il y consacrera sa carriere professionnelle en entier au niveau de l'enseignement et au niveau de l'administration. etant un des premiers laics a oeuvrer avec les peres Eudistes, d'Entremont a occupe plusieurs fonctions au sein de l'Universite: controleur, adjoint au recteur, directeur des relations exterieures, etc. Du cote des activites civiques, Gerard d'Entremont a ete prefet de la Municipalite de Clare et a siege sur d'innombrables comites voues au bon fonctionnement de ce gouvernement municipal. Au niveau des associations locales et provinciales, il a ete nomme president, vice-president, secretaire ou tresorier d'un longue liste d'organismes (par exemple Club Richelieu Church Point et Chambre de commerce de Clare) au cours des cinquante dernieres annees. Il a egalement ete nomme membre de plusieurs comites d'evenements speciaux (parfois a la tete de ceux-ci) tels le bicentenaire acadien, la visite de Son Altesse la Princesse Margaret, et la visite du premier ministre Trudeau.

Lombard, John D., 1845-1911

  • Person
  • 1845-1911

John (Johnnie) D. Lombard, le fils de Jean-David Lombard et d'Elizabeth Gaudet, naquit au Petit-Ruisseau, Nouvelle-Écosse, en 1845, le quatrième de six enfants nés dans cette famille. Paul Lombard, le grand-père de Johnnie, était venu s'installer au Petit-Ruisseau pendant les guerres napoléonniennes. John D. Lombard va se marier à deux fois et du deuxième lit avec Maggie LeBlanc 7 enfants vont naître, soit Céleste, Lizzie, Edith, Marie, Rosie, Adolphe, et Hélène. Monsieur Lombard était entrepreneur et il décida de fonder une entreprise au Petit-Ruisseau qui offrait des services d'hotellerie en plus que la vente d'une variété de denrées. Il est difficile à déterminer la date d'ouverture de son commerce mais nous savons que le propriétaire annonçait la vente d'épicerie et de marchandise générale (blé, mélasse, sucre, thé, tabac) dans le journal L'Évangéline au début de l'année 1888. L'hôtel/magasin de Monsieur Lombard (l'hôtel Lombard) était également un lieu de rencontres sociales pour les gens de la région. John Lombard est mort en 1911 à l'âge de 66 ans.

LeBlanc, Joseph-Emile, Dr., 1890-1957

  • Person
  • 1890-1957

Dr. Joseph-Emile LeBlanc naquit à la Pointe-de-l'Église, Nouvelle-Écosse, en février 1890. Il était le fils d'Isaac LeBlanc, greffier de la municipalité de Clare, et d'Aimée Bourneuf, petite-fille de François Lambert Bourneuf. Il était d'une couche de triplet et d'après un carnet du père Isaac, découvert après sa mort, Charlotte et Madeleine seraient nées le lendemain. LeBlanc fréquenta d'abord l'école du village, puis entra au Collège Sainte-Anne pour y faire ses études classiques, obtenant son baccalauréat ès arts en 1910. Il s'inscrivit la même année à la faculté de médecine de l'Université Dalhousie, Halifax, et obtint son M.D en 1915. La région de Pubnico était à la recherche d'un médecin francophone. Il s'y rendit, s'y établit et y pratiqua la médecine jusqu'à son décès survenu en septembre 1957. À Pubnico, il rencontra Jeannette d'Entremont, institutrice, fille de James et Elizabeth-Anne d'Entremont et l'épousa en 1919. De cette union naquirent cinq enfants: Roseline, Maurice, Corinne, Paul-Emile et Simone. En plus de se livrer à la pratique de la médecine, il se donna corps et âme à la defense et à la promotion de la cause acadienne. La Société Mutuelle l'Assomption, fondée à Waltham, Massachusetts, en 1903, avait établi des succursales dans la plupart des communautés acadiennes du sud-ouest de la Nouvelle-Écosse. Il dirigez l'Assomption dont le siège social était maintenant fixé à Moncton, N.-B. En 1924, il obtenait une maîtrise-ès-arts du Collège Sainte-Anne et, en 1955, un doctorat honorifique en littérature de la même institution. En reconnaissance de ses efforts envers la promotion de la langue française, il reçut plusieurs décorations.

Comeau, Roger, 1919-1999

  • Person
  • 1919-1999

Roger Comeau est né à Meteghan River, Nouvelle-Écosse, le 18 avril 1919, fils d'Odillon Comeau et de Françoise Amirault. En 1933, à l'âge de 13 ans, Roger est entré au Collège Sainte-Anne et en 1942, il gradua du Collège avec un B.A. pour ensuite se diriger à Ottawa où il est entré dans le fonctionnariat. En 1945, il fut admis au service des Archives Publiques du Canada où il fut nommé archiviste adjoint. Roger Comeau a poursuivit pendant trois ans des études supplémentaires en histoire canadienne et en littérature française à l'Université d'Ottawa, où il obtint une majeure en histoire canadienne. En 1947 l'Université d'Ottawa lui discernait la maîtrise ès arts pour sa thèse intitulée Nicolas Denys et l'Acadie. Cette même année, il reçu une promotion et la permanence au poste d'archiviste adjoint aux Archives Publiques. En 1949, M. Comeau a présenté une deuxième thèse, intitulée Pêche et traité en Acadie jusqu'en 1713, à la faculté des arts de l'Université d'Ottawa en vue de l'obtention d'un doctorat en philosophie. Le 30 août 1952, Roger Comeau épousa Denise à Ottawa. Comeau est décédé le 23 janvier 1999 à l'âge de 78 ans.

Guidry, Perry, fl.1950-1996

  • Person

Perry Guidry est le fils d'Edward à Joe Guidry de Saint-Alphonse et d'Annette LeBlanc. Perry n'est pas né à la Baie Sainte-Marie car ses parents, suite à leur mariage, sont déménagés à Valcartier, Québec où Edward Guidry faisait partie de l'Armée Canadienne. M. Perry Guidry demeure présentement à Saint-Alphonse.

Le Petit Courrier (Yarmouth County, N.S.)

  • Corporate body
  • 1937-

Le Petit Courrier was founded in 1937 by a board of 12 directors in order to provide the people of southwest Nova Scotia with an opportunity to read French. It began as one page of local news. The Digby Courier printed the first copy on February 10, 1937. By May, the Yarmouth Herald had taken over the task of printing Le Petit Courrier. It continued to be printed in Yarmouth until it was moved to West Pubnico in January 1939. Le Petit Courrier was printed and published in West Pubnico for the next thirty years. In 1970-1971, the Acadian Federation of Nova Scotia purchased Le Petit Courrier to use as a means of communication. The company L'imprimerie Lescarbot Ltée bought the newspaper and its name was changed to Le Petit Courrier de la Nouvelle-Écosse. In October 1977, the name was changed again to its current name Le Courrier de la Nouvelle-Écosse. Its new mandate was to develop links between the francophone and Acadian communities of Nova Scotia and to promote their interests. In 1987, the Féderation Francophone (Acadienne) de la Nouvelle-Écosse became the new owner of Le Courrier de la Nouvelle-Écosse.

Melanson, Chester, 1940-

  • Person
  • 1940-

Chester Melanson est né le 26 juin 1940 à Meteghan, Nouvelle-Écosse, fils d'Albert Melanson et d'Alfreda Saulnier. M. Melanson à fait ses études au Sacred Heart Academy, Meteghan; a l'École Supérieure de Clare, Meteghan River; et à l'Université du Nouveau-Brunswick où il obtenu un BA en Éducation Physique.
Le 21 février 1964, Chester épousa Valérie White, fille de Marc White et de Nina Keddy. De cette union sont nés trois garçons: Michael, Kevin et Noel.
De 1962 à 1974 Chester Melanson fut professor d'éducation physique du niveau élémentaire de toutes les écoles de Clare et de 1975 à 1976 au niveau secondaire, à l'École Supérieure de Clare. Durant ses 14 ans comme professeur d'éducation physique, il a servi comme instructeur pour les sports suivants: course cross-country, basketball, volleyball, athlétisme, et lutte olympique. En 1976, il fut nommé directeur des sports à l'Université Sainte-Anne. Il fut aussi directeur des affaires étudiantes, directeur des résidences et directeur athlétique.
Au cours des années, M. Melanson a fait partie de plusieurs organismes: membre de l'Association d'Éducation Physique du Comté de Lunenburg (1962-1974), président (1968-1969); membre de International Association of Approved Basketball Officials Board 154 (1968-1974); un des fondateurs et membre des directeurs de la New Ross District Museum Society; président du Ross Farm Museum, membre du club des Richelieu depuis 1975, vice-président (1976-1977); membre des Chevaliers de Colomb; fondateur du Conseil de l'Église catholique de Saint Patrick de New Ross.

En 1982 M. Melanson a été élu à la législature pour représenter la circonscription de Clare. M. Melanson vit présentement avec sa deuxième épouse, Rosalie.

Doucet, Alain, 1929-

  • Person
  • 1929-

Alain Doucet naquit à Petit Ruisseau, Nouvelle-Écosse, le 16 décembre 1929, fils aîné d'Emile et de Zélée Doucet. Après ses études à l'école du village il entra au Collège Sainte-Anne en 1945 et en 1950 il gradua avec son baccalauréat ès arts. L'année suivante, il s'inscrivit à l'Université Saint-François-Xavier au programme de baccalauréat en éducation. En 1961, le Collège Sainte-Anne lui décerna le grade de maîtrise ès arts, suite à la présentation d'une thèse en ethnologie qui sera la base de son livre paru en 1965 et intitulé La littérature orale de la Baie Sainte-Marie. Alain Doucet consacra sa vie professionnelle à l'éducation. Il enseigna premièrement à Weymouth où il fut directeur d'école pendant trois ans. Par la suite, il fut nommé directeur de l'école de Comeauville, et au moment de son décès, le 28 janvier 1966, il était directeur adjoint de l'École supérieure de Clare, poste qu'il détenait depuis 8 ans. Très actif dans le domaine de l'éducation au niveau des activités extracurriculaires, Alain Doucet a toujours demontré un vif intérêt à connaître davantage le groupe ethnique dont il faisait partie. C'est pourquoi il s'est lancé sur une étude folklorique de son milieu. L'oeuvre que publia les Éditions Ferland en 1965 demeure l'étude ethnologique la plus exhaustive sur les Acadiens de la Baie Sainte-Marie et a grandement contribué à la préservation du patrimoine folklorique acadien de la Nouvelle-Écosse. Alain Doucet laissa dans le deuil son épouse, Camillette (née Comeau) ainsi que deux enfants, Adrienne et Joël.

Benjamin J. Belliveau & Cie (Digby County, N.S.)

  • Corporate body

Urbain Belliveau est le vrai fondateur de la compagnie Benjamin J. Belliveau. En 1883, Urbain ouvrit à son compte un magasin, à l'Anse-des-Belliveau et, en 1887, il se construisit une goélette pour le commerce des Indes Occidentales. Il la nommait L'Urbain B. Son magasin fit en moyenne des affaires pour 8 000$ par année, en farine seulement, et 3 000$ en autres marchandises. En 1892, M. Belliveau s'est fait construire un quai à ses frais, qui lui coûta 2 000$. Deux ans plus tard, les flammes ont détruit son magasin avec toutes la marchandise. Ce fut une lourde perte car il n'y avait pas un sou d'assurance, mais un nouvel édifice beaucoup plus spacieux que l'ancien vint bientôt le remplacer. En 1887, Urbain confia la gérance de son commerce à son plus jeune fils, Benjamin, et en fit en même temps son associé. Benjamin est donc le second grand meneur de l'entreprise et, en 1898, le commerce qu'il gère pour son père depuis onze ans, commence à porter son nom. Suivant la mort de son père en 1897, il fut joint par ses frères Charles et Joseph comme associés. Elle consistait alors d'un chantier de construction navale, d'une flotte de goélettes, d'un magasin, d'une scierie et d'un commerce d'expédition du bois. Suite à la mort de Benjamin en 1930, c'est Gilbert Belliveau qui gère les affaires de la compagnie. Durant sa gérance, la Compagnie Ben J. Belliveau s'est occupée principalement de l'expédition du bois. En plus, il opère à son propre compte, une ferme de renards dans les années 1938 à 1945. Urbain, Benjamin et Gilbert Belliveau étaient les dirigeants principaux de l'entreprise. Notons cependant que d'autres individus ont eu des parts dans la compagnie. Durant la gérance de Benjamin, ses frères aînés, Charles et Joseph, avaient des parts égales avec Ben et travaillaient dans autres rôles avec lui. Pendant la gérance de Gilbert, Wilfred à Ben et Charles à Urbain avaient tous des parts. Enfin à la mort de Charles en 1942, son testament lègue sa part de la compagnie également à ses deux fils Gilbert et Basile. Cet état est demeuré jusqu'à vers la mort de Gilbert en 1970 quant l'entreprise mis fit à presque toutes ses activites. La fonction de Wilfred fut toujours de garder le magasin. Basile le plus jeune et le dernier des associés, est arrivé au début des années trente après avoir contracté la tuberculose et il a dû s'occuper des comptes du bois.

Results 4131 to 4140 of 4163