Affichage de 2105 résultats

Notice d'autorité
Personne

Thériault, Nil, Monseigneur, 1910-1998

  • Personne
  • 1910-1998

Nil Thériault est né à l'Anse-des-Belliveau, Nouvelle-Écosse, le 17 juin 1910, fils d'Élizée Thériault et d'Esther Doucet. Esther donna naissance à un deuxième fils en 1912. Malheureusement, on n'a presque pas le temps de le baptiser et il est mort. Nil n'a jamais vraiment connu son père, il était toujours en haute mer et, en 1914, il fut perdu en mer. Après sa disparition en mer, Esther est allée travailler au presbytère de la paroisse. Au cours des années, elle passa d'un presbytère à au autre, forçant Nil à passer d'une école à une autre jusqu'à ce qu'il entra au Collège Sainte-Anne en 1922. En juin 1930, Nil Thériault gradua du Collège pour ensuite se diriger au grand séminaire des Eudistes à Halifax où il fut ordonné prêtre en 1934. Cette même année, il fut nommé vicaire de la paroisse St-Ambroise de Yarmouth et de 1937 à 1939, il fut vicaire aux Bermudes. Ensuite, Mgr. Thériault est retourné en Nouvelle-Écosse où il fut vicaire de différentes paroisses. En 1944 il est retourné aux Bermudes, cette fois, pour neuf ans. En 1947, le Pape Pie XII le nomma à la Prélature domestique. En 1953, Mgr. Thériault était de retour en sa terre natale où il demeura curé de la cathédrale St-Ambroise jusqu'en 1963. Plus tard, il fut curé de différentes paroisses, y compris celles situées dans la Vallée d'Annapolis, jusqu'à sa retraite en 1978. Après sa retraite, Mgr. Thériault a organisé plusieurs voyages et pélerinages, ce qui a permis à plusieurs Acadiens et Acadiennes de visiter des pays inconnus. Ses pélerinages sont devenus populaires et il fut un des premiers à rétablir les liens rompus avec la population acadienne de la Louisiane. Ce prêtre a toujours supporté la cause acadienne et, en 1990, il reçeva un doctorat honorifique de l'Université Sainte-Anne pour son dévouement à la conservation du patrimoine acadien. En 1955, il a présidé le Comité diocésain des Fêtes du bicentenaire de la Déportation des Acadiens. De plus, il contribua à l'embellissement et à l'entretien du site du premier cimetière acadien de Clare, à la Pointe-à-Major. Mgr. Nil Thériault a été grandement apprécié de plusieurs personnes; il trouvait toujours le temps de visiter les malades, même quand il est devenu malade lui-même. En 1998, après deux années de maladie, Mgr. Thériault est décédé à l'âge de 87 ans, à la maison-mère des Soeurs de la Charité, Mont St-Vincent, à Halifax.

Stuart, James Valentin

  • Personne

James Valentin Stuart occupa le poste de douanier du 9 mars 1865 jusqu'en 1891. Sa juridiction était le port de l'Anse des Belliveau et le brise lame des Grosses Coques. Dans cet emploi ses fonctions étaient nombreuses. Par exemple, un des dossier consiste en la correspondance et notes réalisées lors de la saisie d'une goélette. Un autre exemple est le dossier accru suite à l'arrivée au port d'un matelot atteint de la fièvre typhoïde. Ses tâches quotidiennes couvraient la collecte des taxes douanières relatives aux cargaisons des goélettes, la correspondance gouvernementale, les licences de pèche, etc.

Sigogne, Jean-Mandé, Père, 1763-1844

  • Personne
  • 1763-1844

Jean-Mandé Sigogne naquit à Beaulieu-lès-Loches, France, en 1763 fils de Mandé et Marguerite Robert. Ordonné à la prêtrise en 1787, il dût s'éxiler de son pays au moment de la Révolution française, refusant de prêter serment à la constitution civile des patriotes. Il prit refuge en Angleterre où il demeura jusqu'a son depart pour la Nouvelle-Écosse en 1799. C'est au printemps de cette année-là qu'il s'embarqua sur le Stag en direction l'Halifax. Après un court séjour dans cette ville portuaire, où il rencontra les autorités provinciales, avant de s'embarquer pour le sud-ouest de la province. Pendant les prochaines quarante cinq années, l'Abbé Sigogne oeuvra auprès des Acadiens des comtés actuels de Yarmouth et de Digby. Premier curé résident de l'endroit, il tâchera, dès le début, de mettre en place une structure ecclésiastique qui permetta le bon fonctionnement de son immense paroisse (de Bear River à Pubnico). Il établira deux centres principaux dans sa paroisse, l'un à la Baie Sainte-Marie (Ste-Marie) et l'autre à Sainte-Anne-du-Ruisseau (Ste-Anne). Les deux premières églises furent bâties là, mais avant la fin de sa carrière Sigogne en aura ajouté plusieurs autres. Le travail de l'Abbé Sigogne auprès des Acadiens dépassa les cadres religieux pour englober toute une série de fonctions séculieres. Avec le politicien renom Thomas C. Haliburton, Sigogne réussit à faire abolir les lois anti-catholiques qui empêchaient aux Acadiens de siéger à l'Assemblée législative de la Nouvelle-Écosse. Père Jean-Mandé Sigogne est mort en 1844.

Semery, Henri, père, ca. 1909-1945

  • Personne

Le Père Henri Semery arriva à la paroisse de Pubnico-Ouest le 23 septembre (1909) au soir, avec sa mère (Constance E. Guirard), sa soeur (Mme. Zélie Clément) et son neveu. Natif de France, il était le fils de Henri Semery. Il se fit Spiritain de la Congrégation du Saint-Esprit. Il semble qu'il fit ses etudes théologiques à la maison des Spiritains de Beauvais, department d'Oise, près de Paris. Il vint a Canada et fait deux ou trois ans de ministère ailleurs dans l'archidiocèse d'Halifax. Il partit de Pubnico-Ouest vers la fin de 1920 et s'en alla dans le Maine, quand il devint curé de la paroisse Notre-Dame de la Paix, à Berwick. C'est là qu'il est décédé en 1945.

Pothier, Hilaire Valentin, Capitaine, d.1924.

  • Personne
  • d. 1924

Hilaire Valentin Pothier est né le 13 février à Tusket-Wedge (Wedgeport), Nouvelle-Écosse, le fils de Nicolas Pothier et de Scholastique Amirault de Pubnico. Rien n'indique où il aurait acquis ses compétences académiques mais son journal dévoile une capacité d'écriture peu commune dans ces régions acadiennes à l'époque. Il est possible qu'il ait suivi des classes du père Jean-Mandé Sigogne ou d'un des quelques instituteurs ambulants de à l'époque. A l'âge de 25 ans, Hilaire Pothier épousa Justine Pothier, fille de Jean-Baptiste et de Marie-Anne d'Entremont. De cette union vont naître cinq enfants dont trois fils et deux filles. C'est la dernière née, Marie-Evangéline (le 26 novembre 1870), qui va hériter du journal de bord de son père. Hilaire Pothier est décédé le 3 mars 1924 à Yarmouth, N.E.

Meuse, Laurent, 1912-1997

  • Personne
  • 1912-1997

Laurent Désiré Meuse (Muise) naquit à Sainte-Anne-du-Ruisseau le 26 septembre 1912 le fils de Thomas Muis et d'Elizabeth Brown. Le jeune Laurent fut élevé sur la ferme de son père apprenant a maîtriser les tâches quotidiennes de cette profession, mais au même temps il démontrait des aptitudes dans une autre voie, celle de l'Académique. Comme de fait c'est dans l'académique qu'il fera carrière. Il sera le premier garcon de son village a completer la onzième année, ce qu'à l'époque lui permettait d'enseigner. En 1959-1960 il passa une année à l'École Normale de Truro et suiva des cours de perfectionnement à l'Université Mount Allison. Toujours désireux d'apprendre Laurent Meuse suiva des cours à l'Université de Barcelone en 1974 et à l'Université du Mexique en 1975 où il entama des etudes de la langue espagnole. Laurent Meuse a fait la classe à plusieurs endroits aux provinces Atlantiques. Il enseigna à Port-au-Choix (Terre-Neuve) pour sept ans avant de revenir dans son coin natif où il faisait la classe pour deux ans à Abrams' River (village à l'ouest de Sainte-Anne-du-Ruisseau). Par la suite il enseigna à Comeauville (baie Sainte-Marie) avant de s'en aller prendre la direction de l'École de Chezzetcook (comté de Halifax). En 1963-1964 il était directeur de l'Écolse d'Aulac (au Nouveau-Brunswick) mais après cette année il revint en Nouvelle-Écosse pour enseigner dix ans à Ellershouse dans le comté de Hants (N.-É). En juin 1976 il prend sa retraite. Meuse a toujours eu un penchant pour l'histoire, spécialement l'histoire locale. Laurent Meuse et décédé le 19 novembre 1997.

Melanson, Flavien, Dr., 1915-1974

  • Personne
  • 1915-1974

Le Dr. Flavien s'est installé dans la maison paternelle après ses études et c'est là qu'il a établi sa pratique en médecine. Sa carrière fut coupée courte par sa mort subite en 1974, à l'âge de 59 ans. Il laissait dans le deuil son épouse Joanne ainsi que trois enfants - Jean-Paul, Claude et Nicole. Comme ses frères et son père avant lui, Flavien est allé faire ses études au " Collège " Sainte-Anne, son alma mater qu'il n'a jamais oubliée. De là il a continué ses études en médecine à l'Université Laval. Après son installation à Sainte-Anne-du-Ruisseau, il s'est engagé dans sa communauté en siégeant sur divers comités et en promouvant la cause acadienne. Flavien était du groupe qui a établi le Club acadien dans son village. Il fut aussi engagé à l'agrandissement et à la modernisation de l'hôpital de Yarmouth.

Melanson, Chester, 1940-

  • Personne
  • 1940-

Chester Melanson est né le 26 juin 1940 à Meteghan, Nouvelle-Écosse, fils d'Albert Melanson et d'Alfreda Saulnier. M. Melanson à fait ses études au Sacred Heart Academy, Meteghan; a l'École Supérieure de Clare, Meteghan River; et à l'Université du Nouveau-Brunswick où il obtenu un BA en Éducation Physique.
Le 21 février 1964, Chester épousa Valérie White, fille de Marc White et de Nina Keddy. De cette union sont nés trois garçons: Michael, Kevin et Noel.
De 1962 à 1974 Chester Melanson fut professor d'éducation physique du niveau élémentaire de toutes les écoles de Clare et de 1975 à 1976 au niveau secondaire, à l'École Supérieure de Clare. Durant ses 14 ans comme professeur d'éducation physique, il a servi comme instructeur pour les sports suivants: course cross-country, basketball, volleyball, athlétisme, et lutte olympique. En 1976, il fut nommé directeur des sports à l'Université Sainte-Anne. Il fut aussi directeur des affaires étudiantes, directeur des résidences et directeur athlétique.
Au cours des années, M. Melanson a fait partie de plusieurs organismes: membre de l'Association d'Éducation Physique du Comté de Lunenburg (1962-1974), président (1968-1969); membre de International Association of Approved Basketball Officials Board 154 (1968-1974); un des fondateurs et membre des directeurs de la New Ross District Museum Society; président du Ross Farm Museum, membre du club des Richelieu depuis 1975, vice-président (1976-1977); membre des Chevaliers de Colomb; fondateur du Conseil de l'Église catholique de Saint Patrick de New Ross.

En 1982 M. Melanson a été élu à la législature pour représenter la circonscription de Clare. M. Melanson vit présentement avec sa deuxième épouse, Rosalie.

Melanson, Amédée, Dr., 1882-1930

  • Personne
  • 1882-1930

Monsieur Amédée Melanson est né à Corberrie en 1882, le fils de Raymond Melanson, cultivateur, et de Marie LeBlanc. Après son séjour à l'école du village, il entrait au " Collège " Sainte-Anne pour faire le cours classique. Il réussit son baccalauréat-ès-arts et ès-lettres. Ensuite Amédée s'inscrivit à l'Université Dalhousie où il obtint un degré en médecine et en chirurgie. En 1906 il établit sa pratique de médecine familiale à Sainte-Anne-du-Ruisseau. Le 25 janvier 191, le Dr. Melanson épousa, à Deschambault, Mlle Julie Hamelin. De cette union sont nés cinq enfants : Antoinette (1910), Falvien (1914), Raymond (1915), Guy (1917) et Émile (1918). Le Dr. Melanson fut élu membre de l'assemblée législative pour le comté de Yarmouth en 1920. Il était beaucoup aimé de tout le monde - riches, pauvres, gens éduqués, gens ordinaires, etc. et son engagement au sein de divers comités religieux, patriotiques, et éducatifs, était fort apprécié. Le P. Quélo du " Collège " Sainte-Anne le décrivait comme un homme " profondément chrétien ".La carrière de ce grand personnage fut d'une courte durée, car en 1930, à l'âge de 48 ans, il est décédé. Un extrait tiré de L'Evangéline du 12 mai 1921 souligne que : " ... c'est un de nos plus distingués Acadiens, qui s'est toujours occupé des affaires publiques dans l'intérêt du bien général de son comté ... Ses principes religieux, son attachement à la belle langue de nos aïeux, son zèle envers l'éducation de notre jeunesse autant que sa compétence dans l'art médical lui donne une popularité incontestable. Le devoir et la charité avant tout, semblent être sa dévise. Aussi, partout comme dans sa famille il est hautement respecté. "

Melanson, Albert, 1906-1977

  • Personne
  • 1906-1977

Albert Melanson naquit le 28 juillet 1906 à Pointe-de-l'Église, Nouvelle-Écosse, fils de Charles et de Emelie Lombard, le deuxième d'une famille de 11 enfants. Après une formation à l'école du village il entra au Collège Sainte-Anne dans les 1920 où il réussit un cours commercial comme l'avait fait son père. En 1961, il épousa Catherine Comeau, fille d'Edmond (à Mandé) et de Béatrice Comeau. Le couple n'eut pas d'enfant. A un jeune âge Albert Melanson fut atteint de la tuberculose et il abandonna l'institution en 1924 pour être admis au sanitorium. Peu de renseignements sont disponibles quant à ses activités une fois revenu de l'hôpital mais il se peut qu'il travailla à l'usine de son père, la Melanson Gum Factory. Néanmoins, nous savons qu'il fut employé un certain temps chez la compagnie d'Ameublement Jubis Brothers de Meteghan avant d'être nommé maître de postes à Pointe-de-l'Église en 1956. Il pritsa retraite en 1971 à l'âge de 65 ans. Il fut préfet de la municipalité, membre de la commission scolaire, membre du Festival acadien de Clare, membre du Club La Jardinière, et du Club social de Clare. Il était actif au sein d'organisations nationales telles la Société du Cancer et la Croix Rouge, région de Clare. Il était un vaillant promoteur de l'histoire et de la culture locales et sous ce volet il a accompli beaucoup en tant que photographe et correspondant pour des journaux régionaux, soit Le Chronicle Herald, le Vanguard, le Digby Courrier et Le Courrier de la Nouvelle-Écosse. Albert Melanson est mort en 1977.

Résultats 1 à 10 sur 2105